Saint-Aubin

ROMILLY

Famille présente dès la fin du XVème siècle à Saint-Aubin avec Félisot ROMILLY, elle s'éteind à la fin du XVIème siècle.


A. Guyot, † /1491

En 1488, Jacquin CHEVRIER fait une déclaration au terrier de Saint-Aubin à cause de Guyot ROMILLY[1].

Jacquin CHEVRIER paye régulièrement la contribution des héritiers de Guyot ROMILLY au censier du seigneur de Saint-Aubin de 1491 à 1518. C'est probablement encore lui qui paye avec Félisot ROMILLY en 1498 et 1499[2].


B. Félisot, laboureur, ° ca 1420, ! en 1485-1500

En 1485, Félisot ROMILLY et Jacquin CHEVRIER, de Saint-Aubin, reconnaissent une obligation aux religieuses du Paraclet pour les grands dîmes de Saint-Aubin[3], [4].

En 1488, Félisot ROMILLY déclare au terrier de Saint-Aubin un demi-arpent de masure devant le cimetière de Saint-Aubin, qui fut à Gillot JEANNART[5].

Félisot ROMILLY paye censive au seigneur de Saint-Aubin entre 1491 et 1499. Il paye:

en 1491 et 1496 pour sa part des murs HUOT (qui proviennent sans doute de la succession de Guyot ROMILLY)

en 1495 avec Jacquin CHEVRIER (héritier de Guyot ROMILLY)

en 1498 et 1499 la rente et censive des héritiers de Guyot ROMILLY[6].

En 1500, dans une procédure opposant les religieuses du Paraclet aux dames de Nogent/Seine au sujet des droits de pâture à Saint-Aubin et Quincey, Félisot ROMILLY est assigné comme témoin. Il déclare être âgé de 80 ans environ et être né à Saint-Aubin. Il a toujours résidé dans le village, sauf entre 1468 à 1482 où il habitait Pont/Seine. Il a été sergent de Saint-Aubin aux assises de Nogent/Seine vers 1486/1488. Il a été garennier et garde de la garenne de Pont/Seine pendant 36 ans, entre 1440 et 1476. Il déclare connaître les pâtures pour le fait de son labour sur les finages de Quincey et Saint-Aubin[7], [8], [9].


C. Jean l'aîné, ! en 1498-1533, × à NN., ! en 1498-1500

Jean ROMILLY ou sa femme paye au seigneur de Saint-Aubin en 1498, 1499 et 1500 la censive des héritiers de Jean ou Thévenin BARBOTIN. Jean ROMILLY l'aîné paye en 1529 et 1533[10].

Dans plusieurs censiers de l'Abbaye du Paraclet à Saint-Aubin établis entre 1530 et 1532, Jean ROMILLY l'aîné déclare une maison[11], [12]. En 1623, Jacques ADAM et Fiacre GUILLAUME (son neveu par alliance) reprennent cette maison.

Jean ROMILLY l'aîné paye censive à l'Abbaye du Paraclet en 1537 et 1538[13].


C. ou D. Jean, ! en 1530-1540, × à Barbe MERCIER, peut-être fille de Jacquin M. dit Bègue

Dans plusieurs censiers de l'Abbaye du Paraclet à Saint-Aubin établis entre 1530 et 1532, Jean ROMILLY déclare une maison au dessus de la Chaulme[14], [15]. Cette maison est reprise en 1623 par Jérôme DANGLURE.

Jean ROMILLY paye censive à l'Abbaye du Paraclet en 1535 et 1536[16].

En 1540, Jean ROMILLY est candidat à la tutelle des enfants mineurs de feu Jacquinot MERCIER, à cause de Barbe MERCIER sa femme[17].


D. Jean le jeune, ! en 1526-1541, probablement ! en 1559, † 1559/1562

Jean ROMILLY le jeune paye régulièrement sa contribution au censier du seigneur de Saint-Aubin entre 1526 et 1533[18].

Dans plusieurs censiers de l'Abbaye du Paraclet à Saint-Aubin établis entre 1530 et 1532, Jean ROMILLY le jeune déclare une maison rue au Rasles[19], [20]. Cette maison est reprise en 1623 par Isaac et Michel GALLOIS (probablement descendants d'Amen GALLOIS et Anne ROMILLY).

Jean ROMILLY le jeune paye censive à l'Abbaye du Paraclet en 1537 et 1538[21].

Dans une liste des habitants de Saint-Aubin établie en 1541 est cité Jean ROMILLY le jeune[22].

Il est sans doute le Jean ROMILLY qui paye censive au seigneur de Saint-Aubin en 1559. Ses héritiers payent entre 1562 et 1568, en 1563 par les mains de Sébastien CHAPELLOT et en 1566-1567 par celles d'Amant GALLOIS[23].

Jean ROMILLY est le père de Jeanne, épouse de Denis LA RIBLE. En 1574, Denis LA RIBLE vend au seigneur de Saint-Aubin le quart d'une maison parvenue à sa femme par le décès de Jean ROMILLY et sa femme, ses parents[24].

Jean ROMILLY est sans doute aussi le père de:

Amen GALLOIS et Anne ROMILLY sont cités en 1574 à propos de la vente par Jean SOMILLON d'un autre quart de la maison de Jean ROMILLY au seigneur de Saint-Aubin[25]. D'autre part, Amen GALLOIS paye cens pour les héritiers de Jean ROMILLY en 1566 et 1567.

Huguet ROMILLY déclare posséder une moitié de maison dont l'autre moitié appartient à Amen GALLOIS en 1572


D.1. (?) Huguet, vigneron, ! en 1559-1573, † 1573/1574, × à Jeanne AULBERT, ! en 1574-1578

En 1567, Huguet ROMILLY, vigneron, Jacques BOYVIN et Jacquette PILLAVOYNE, de Saint-Aubin, prennent du seigneur de Saint-Aubin le bail d'un grand corps de logis qui fut à feu Jacquin MIGOURDIN[26].

Huguet ROMILLY paye réguli&eg rave;rement sa contribution au censier du seigneur de Saint-Aubin entre 1559 et 1573. Il paye pour la veuve de Benoist ROMILLY en 1563. La veuve d'Huguet ROMILLY paye entre 1574 et 1578[27].

En 1572, Huguet ROMILLY, manouvrier à Saint-Aubin, et Jeanne AULBERT sa femme, vendent à Jean SOMILLON la moitié d'une maison dont l'autre moitié est à Amen GALLOYS à cause de sa femme[28].

En 1574, Jean SOMILLON vend au seigneur de Saint-Aubin la moitié d'une maison qu'il a naguère acquise de Huguet ROMILLY[29].


E. Benoît, ! en 1559, † 1559/1561, × à NN., ! en 1561-1562

Benoît ROMILLY paye censive au seigneur de Saint-Aubin en 1559. Sa veuve paye en 1561 et 1562. Huguet ROMILLY paye pour la veuve en 1563[30].

Benoît ROMILLY seraît-il le quatrième enfant de Jean ROMILLY le jeune?


F. Laurent, ! en 1568

Laurent ROMILLY paye censive au seigneur de Saint-Aubin en 1568[31].


G. Jean, ne sait pas signer, à La Chapelle-Godefroy, parrain à La Chapelle-Godefroy le 27.3.1634, (†) en 1634 La Chapelle-Godefroy, † de la contagion, × à Edmée, (†) en 1634 La Chapelle-Godefroy, † de la contagion